Le Grand Complet


L’histoire du grand Complet


 

Les frères Le Goupil aiment conter la genèse de ce qui est devenu l’une des plus importantes compétitions internationales de concours complet, connue bien au-delà des frontières hexagonales.

 

« Comme toutes les bonnes légendes normandes, l’idée du Grand Complet a germé au coin d’un comptoir en zinc un soir d’hiver cherbourgeois » raconte André-Jacques Le Goupil. « Le concours complet était notre discipline de prédilection. Notre père André a été cavalier international, membre de l’équipe de France aux JO de Mexico et Tokyo. Il nous a transmis l’amour de ce sport, que nous avons tous pratiqué, certains à haut niveau.»

Les frères et une poignée d’amis font le pari fou de créer de toutes pièces un événement 100% concours complet.

Il s’appellera « Le Grand Complet », une marque désormais déposée et connue à travers le monde.

 

Pour l’organiser, ils créent une association nommée Ustica.

 

« C’est le nom de l’une des meilleures juments que nous possédions » explique Pierre qui conçoit aujourd’hui le parcours de cross. « Elle nous a tous mis à cheval et nous a emmené sur notre premier concours complet. Cela représente énormément de bons souvenirs ! ».

 

Ustica est donc une association loi 1901 dont le siège se situe à Martinvast, aux portes de Cherbourg, là où se situe toujours le centre équestre de la famille Le Goupil (géré par les deux autres frères Le Goupil, Jean et Guillaume), et où vit le jour Le Grand Complet en 1995.

Longtemps directeur et homme-orchestre de l’évènement, Pierre Le Goupil se consacre désormais à son entreprise de construction d’obstacles et chef de psite. Guillaume Blanc, fidèle ami et bénévole, a repris ce poste depuis 2012, tout en assurant celui de trésorier de l’association, épaulé par un bureau nouvellement élu. Valérie Moulin, elle aussi bénévole de longue date, préside Ustica, tandis que Fabienne Parisse occupe le poste de secrétaire.

 

  • 1995 : 1ère édition de niveau régional.
  • 1997 : LE GRAND COMPLET propose une épreuve nationale.
  • 2000 : organisation du premier international.
  • 2002 : obtention du label Coupe du Monde, année mondiale avec la victoire de Jean Teulère et Espoir de la Mare quelques semaines avant d’être sacrés Champions du Monde.
  • 2004 : année olympique, victoire d’Arnaud Boiteau de retour d’Athènes couronné d’or.
  • 2008 : 14ème édition du Grand Complet sur le site de Martinvast (Manche), 7ème étape Coupe du Monde.
  • 2009 : année sans Grand Complet
  • 2010 : le Grand Complet déménage, 1ère édition au Haras national du Pin (Orne), 8e étape Coupe du Monde, retour du circuit en France.
  • 2012 : 17ème édition du Grand Complet, 5ème et dernière étape du circuit Coupe du Monde (la dernière jamais organisée dans le monde, le circuit ayant été arrêté depuis).
  • 2014 : année sans Grand Complet, la place a été laissée aux Jeux Equestres Mondiaux de Basse-Normandie
  • 2016 : Le Grand Complet fête sa 20 ème édition

 

RP CIC 1

 

Le concours complet d’équitation est une discipline dans laquelle chaque couple cavalier / cheval réalise successivement trois tests différents :


Concours complet - Dressage• Le Dressage
ouvre la compétition. Ce test révèle les allures et la finesse de l’éducation du cheval. Son cavalier effectue avec lui une série de figures imposées, notées par un jury de spécialistes, un peu comme en patinage artistique.

 

Concours complet - Cross

• Le Cross Country se court « contre la montre », sur plusieurs kilomètres et en terrain varié. À partir des éléments naturels du bocage normand, talus, haies, fossés, rivières et dénivelés …, c’est une vingtaine d’obstacles qui sont construits, exigeant courage, précision et puissance. Objectif : les franchir sans encombres dans un temps maximum fixé à l’avance, que l’on appelle dans le jargon le « maxi ». Tout dépassement de ce temps pénalise le couple par des points de pénalité.


Concours complet - Saut d'Obstacles• Le Saut d’obstacles
consiste à franchir une douzaine d’obstacles sans les renverser. Chaque barre tombée, chaque refus pénalise le couple, les points s’ajoutant au total des pénalités acquises lors des deux premiers tests (dressage et cross country).

Une bonne performance au dressage ne suffit jamais. Les difficultés du cross en surprennent plus d’un, le chronomètre achevant la sélection des meilleurs. Le saut d’obstacles, programmé le lendemain du cross (dans l’épreuve Coupe du Monde HSBC FEI), permet de mesurer la « fraîcheur physique ».

 

En venant assister au Grand Complet – Haras du Pin, ne ratez pas l’occasion d’aller visiter ce magnifique Haras.